J'ABANDONNE UNE PARTIE DE MOI QUE J'ADAPTE

J'ABANDONNE UNE PARTIE DE MOI QUE J'ADAPTE

Se poser la question du bonheur aujourd’hui. S’apercevoir que le bonheur ne s’imagine plus que par le prisme du travail, que le discours officiel fait du travail le seul lieu d’émancipation de l’individu, que la valeur travail supplante tout le reste... »
Le spectacle J’abandonne une partie de moi que j’adapte met en regard la société des années 60 telle que la décrivent Jean Rouch et Edgar Morin dans leur documentaire Chronique d’un été avec celle d’aujourd’hui. Une question commune : le rapport au bonheur et le lien que cette notion entretien avec le travail. La superposition de ces deux époques nous raconte les dérives du capitalisme et
les changements socio-économiques advenus en 50 ans. Que nous reste-il aujourd’hui pour continuer ? Que peut-on inventer pour recommencer autrement ?


1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement